Nous contacter  
VENTE 04 76 87 18 91
LOCATION 04 76 87 00 40

Faire estimer son bien: quels sont les éléments à prendre en compte ?

18/10/2017

Afin de vendre un bien immobilier ou d’évaluer des actifs, il est fondamental de pouvoir en faire une bonne estimation. Nous vous présentons un tour d’horizon des critères qui impactent directement la valeur d’un bien immobilier.

Quelques outils pour estimer son bien ?

1. Annonces similaires sur internet
Vous pouvez dans un premier temps procéder par comparaison en analysant les annonces similaires sur internet. Pour cela, il faut comparer des biens semblables, dans une même région et avec des commodités identiques. Procédez par recoupements pour définir une fourchette de prix. Vous pouvez aussi trouver des simulateurs sur internet même si ceux-ci sont parfois peu précis et pas nécessairement au fait des particularités locales du marché.

2. Statistiques des chambres de Notaires
Autre méthode, en s’appuyant sur les statistiques publiées par les chambres de Notaires ou encore les fédérations d’agences immobilières. Cela peut vous donner une bonne base pour estimer un prix au mètre carré.

3. Conseils d’un professionnel
Enfin, le plus facile est parfois de s‘appuyer sur un professionnel. Ainsi, notre agence immobilière à Grenoble peut très bien faire une estimation si vous voulez vendre une maison à Grenoble ou toute autre type de bien. Elle s’appuiera sur les prix réels locaux et sur sa grande expérience pour vous donner une valeur proche de ce que vous pouvez attendre du marché.

Les critères qui influent une estimation de bien immobilier

1. Aspects physiques
En premier lieu, il y a bien sûr les aspects physiques : les dimensions du terrain, la surface habitable du bien, la qualité de l’architecture et des matériaux, le niveau de confort, le niveau d’entretien, et l’emplacement et le voisinage de la maison ou de l’appartement.

2. Aspects économiques
En second point viennent les aspects économiques, à savoir : la conjoncture économique générale et celle spécifique au secteur de l’immobilier et surtout la conjoncture du marché local qui peut être le critère le plus déterminant de cette catégorie.

3. Aspects juridiques
Enfin, il ne faut pas négliger les aspects juridiques : le coefficient d'occupation des sols qui permet de connaître le potentiel de m² constructibles, les éventuelles restrictions administratives liées au terrain (droit de préemption urbain, droit de fermiers éventuels ou possibilité d’achat par les SAFER) et le contexte juridique du mode d’occupation actuel s’il n’est pas celui d’une résidence classique (loi de 48, contrat de location de bureaux, etc.)

Retour à la liste des actus