L’intérêt d’avertir ses voisins avant de réaliser des travaux dans votre logement

avant de faire des travaux, prévenez vos voisins

Vous ressentez le besoin de réaliser des travaux dans votre bien immobilier à Grenoble ? Si oui, pensez à vos voisins. Il est possible que vos travaux ne leur plaisent pas, pour une raison ou pour une autre.

Voici quelques règles qu’il est toujours bon de connaître, et ce peu importe que vous soyez propriétaire ou locataire. 

Travaux : gare aux litiges avec vos voisins !

Une architecture qui détruit l’homogénéité du quartier où vous résidez, une couleur de crépi trop envahissante, des murs qui bloquent la vue de votre voisinage, les travaux que vous décidez d’entreprendre sont susceptibles d’éveiller bien des mauvaises réactions.

Bien entendu, si vous vivez en copropriété, ménager vos plus proches voisins sera une nécessité puisqu’à priori, un règlement détaillé explique ce qui est ou non permis.

Toutefois, si vous vivez dans une maison individuelle, vous devez probablement aussi vous soumettre à un règlement ou à un cahier des charges précis.

Enfin, rappelons que la liberté d’action des locataires est généralement plus limitée que pour les propriétaires. Cela est bien normal : le logement qu’ils occupent ne leur appartient pas.

Les règles à respecter en copropriété 

Sachez qu’en copropriété, tout travaux doit être voté en assemblée afin d’éviter de créer des litiges. Certes, le copropriétaire est en mesure d’aménager son appartement comme il le désire (monter de nouvelles cloisons ou changer une vieille baignoire), par contre, il est interdit de réaliser des travaux susceptibles d’affecter la robustesse de l’immeuble (modification de l’extérieur de l’ouvrage, agrandissement des fenêtres etc).

Sachez que si votre demande ne fait pas l’objet d’un accord en assemblée de copropriétaires, l’éventuel syndic pourra saisir la justice. 

Les règles à respecter dans une maison en lotissement 

Dans une maison se trouvant dans un lotissement, un cahier des charges strict définit les aménagements que le propriétaire a le droit d’entreprendre.

Qui plus est, il faudra également qu’il respecte un règlement interne, lequel établit les règles d’urbanisme rattachées au lotissement.

Quant au cahier des charges, c’est un ensemble de règles de bonne conduite qui visent à rendre facile la vie de chaque résident. À noter que tout règlement de lotissement a une durée de vie de dix ans suite à la délivrance d’une autorisation de lotir.

Passée cette période, le propriétaire pourra réaliser les travaux qu’il souhaite, bien qu’il soit toujours dans l’obligation de respecter les règles du plan d’urbanisme local, ou PLU

Les règles à respecter quand on est locataire 

Un locataire ne peut évidemment pas entamer de travaux sans un accord écrit fourni par le bailleur. Toutefois, le bailleur ne peut interdire au propriétaire des aménagements ayant pour but de décorer le logement (peintures, installation d’étagères et de tableaux etc.). 

Pour finir, sachez que des distances doivent être respectées en toutes circonstances par rapport au logement du voisin, et ce peu importe que vous soyez locataire ou viviez en copropriété ou dans un lotissement:

Fenêtre : distance minimale de 1,90 mètre. Seulement 0,60 mètre pour une vue oblique. 


Extension : distance égale à la moitié de la hauteur de la construction, avec un minimum de 3 mètres.


Plantations d’arbre : distance minimale de 0,5 mètre, au moins 2 mètres si l’arbre atteint plus de 2 mètres de hauteur.

Pour en savoir plus:
Il est risqué de sous-évaluer ses actifs immobiliers dans le cadre de l'IFI
Louer du Pinel à sa famille en 2019
Fenêtres: changement pour le crédit d'impôt
Répartir les charges d'eau en copropriété